Skip to main content

Featured

Lifestyle | Une journée, un ciel bleu.

Follow





Aujourd'hui je me suis dit que je devais un peu écrire en français, comme dit précédemment je vacille toujours entre les deux langues, mais je pense que pour ces articles je vais les écrire dans la langue de Racine. Je trouve que ça correspond bien à cette catégorie. 
Aujourd'hui, c'était une belle journée, le ciel était d'un bleu profond assez sublime pour la rétine, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas vu un bleu comme celui-ci dans le ciel de cette ville qui m'accueille depuis plus d'une année. Il ne faisait pas chaud mais pas froid pour autant, mais comme d'habitude il y avait toujours assez de vent pour tous nous décoiffer et pour enlever nos écharpes. Pendant une pause entre plusieurs écrits, photographier cette cathédrale est une de mes choses favorites, je l'ai sous toutes les intempéries, je trouve son architecture et ses details si précieux, même si je n'ai pas de croyances, je trouve toujours que ce sont des bâtiments tel…

#LFDS | ÊTRE UNE FEMME QUI NE VEUT PAS D'ENFANTS AU XXI.

Follow


Ça fait un bout de temps maintenant que j'avais envie de vous parler de ce sujet. C'est encore malheureusement bien trop tabou dans notre société, et vous savez que j'aime parler des tabous. J'arrive dans un âge où maintenant la question ultime ce n'est plus qu'est-ce que tu veux faire comme carrière mais plutôt, est-ce que tu veux te marier et avoir des enfants. Cette question est assez récurrente surtout à partir du moment où tu ne désires pas en avoir. 

Personnellement je n'ai jamais estimé qu'un Homme (avec un grand H!) avait besoin de se reproduire pour ressentir le bonheur ou être heureux (la question de ce qu'est le bonheur et être heureux, ça pourra faire un autre article par ailleurs), j'ai même tendance à penser que créer la vie n'est pas forcément source de bonheur. Non je ne viens pas d'une famille détruite par le divorce ou ce genre de chose (si c'était votre premiere question, en tout cas c'est souvent la première) donc non ce n'est pas pour éviter de faire vivre ça à un être humain (si ça aussi c'était votre question), ce n'est pas non plus la peur du changement, au contraire je passe mon temps à tout changer dans ma vie (D'ailleurs il suffit de voir mon CV pour comprendre que j'adore le changement)Je viens d'une famille qui n'a pas vraiment été bridé par des principes traditionalistes pour mieux expliquer, mon éducation n'a jamais été faite de "il faut avoir des bonnes notes en dessous de 12 c'est nul" "il faut se marier par amour bien évidemment et avoir des enfants pour être heureux" etc.. etc.. mon éducation je pense elle a toujours été à l'opposé de ça personnellement quand j'en fais la retrospective je la vois comme ça. On m'a toujours laissé faire mes erreurs, dans la limite du raisonnable, on ne m'a jamais empêcher de découvrir des choses et surtout de me découvrir moi-même durant mon adolescence. C'est simplement que je ne ressens aucunement le besoin de materner, de donner la vie, et de vivre ça pour être heureuse ou pour l'être encore plus. Je n'ai pas non plus une haine viscérale envers les enfants, j'ai juste du mal à les supporter plus de 48hrs pour être honnête avec vous, je pense que à petite dose c'est sympa mais faut pas en abuser (ironie)

Très souvent la prochaine remarque à quand je dis que je ne veux pas d'enfants, "mais tu es encore jeune tu as le temps encore de changer d'avis" "c'est inhumain de pas vouloir d'enfants c'est la plus belle chose qui soit au monde " alors même si un de nos anciens présidents de la république française Jacques Chirac avait dit "Il n'y que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, c'est ce que j'ai toujours dit" il y a pourtant bien des points dans notre vie où nous savons pertinemment que nous allons sans doute rester des imbéciles aux yeux des personnes qui ne comprennent pas ce choix. 

Je ne suis pas pour autant pas vraiment la femme la plus féministe de la terre, loin de là du moins le féminisme du XXIème siècle devrait à mon sens être bien plus évolué de part l'évolution intellectuelle de notre société (mais ça c'est encore un autre sujet). Je suis une fervente défenderesse du droit à l'avortement, en premier lieu parce que j'en ai vécu un et même si je ne suis pas en accord avec ce qu'à pu dire une de nos anciennes ministres de la santé, Mme. Simone VEIL (ministre sous le septennat de Valery Giscard d'Estaing) "Aucune femme ne recourt de gaieté de coeur à l'avortement... c'est toujours un drame et ça restera toujours un drame" (il faut prendre en contexte que ces mots on été prononcé en 1974, l'image de la famille et l'évolution de la société n'étant donc pas au même stage il y'a 43 par rapport à maintenant), même si je ne suis pas en accord avec ces mots, car ce n'est pas la manière dont j'ai pu le vivre, effectivement ça à sans doute été le moment le plus libérateur de ma vie et qui m'a fait réellement prendre cette décision finale de ne pas souhaiter donner la vie. Je ne reste pas moins compréhensive à ces mots, car la plupart des avortements ne sont pas vécus avec libération. 

Néanmoins j'aimerai aussi annoter un point important pour ce petit pourcentage de femmes comme moi qui ne veulent pas donner la vie et qui ont eu recours à un avortement dans leur vie et dont généralement la société fait en sorte de culpabiliser ces femmes, si cela à pu vous rendre heureuse et vous faire comprendre que le fait de ne pas vouloir d'enfants était le choix que vous devriez faire dans votre vie pour être la plus heureuse possible, ne le regrettez pas. Notre société à tendance à montrer l'avortement comme une chose horrible psychologiquement pour une femme par ce que c'est souvent le cas mais je trouve dommage que l'on oublie les femmes qui l'ont faire par envie, et limite par plaisir de se libérer d'un poids. Oui j'ai choisi ces mots car pour moi ce n'est pas une faute d'avoir envie et le plaisir de se libérer de ça. Je pouvais comprendre cette manière de penser encore en 1974, mais en 2017 j'avoue que je ne conçois toujours pas une seule once d'ouverture d'esprit par rapport aux femmes qui ne veulent pas d'enfants et qui à un moment dans leur vie ont décidé de faire le choix d'arrêter une grossesse. 

Vous l'aurez compris, je ne fait pas partie de cette majorité de femmes qui souhaitent le mariage avec la grande robe blanche, un mariage heureux mais surtout avec des enfants. Même si je reste une femme qui a été heureuse dans ce concept puisque durant toute ma vie j'ai vécu avec deux parents heureux de partager leur vie ensemble. Je suis avant tout une fervente défenderesse de la liberté de penser, mais surtout de la liberté de REFLEXION il est donc pour moi indéniable qu'au XXIème siècle de dire à une femme qui ne souhaite pas d'enfants qu'elle aura le temps de changer d'avis alors que celle qui en désire est une forme de modèle de société. 

Je ne m'attends pas à ce que vous compreniez ou acceptiez mon point de vue car ne n'est évidemment pas mon but mais j'attends de vous à travers ces mots que vous vous posiez la réelle question, est-ce un tort en 2017 de ne pas souhaiter avoir d'enfants est-ce que cela fait de nous des personnes inhumaines émotionnellement? 



_________________________________________________________________________________

Founder and Owner of
Business enquiries: contact@heyclari.com